Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence, d’information et de vibration.

Nikola Tesla

Cette semaine, j’ai eu envie de vous parler d’ondes, de vibrations et de 5G. Vaste sujet s’il en est et qui mériterait bien plusieurs articles. J’ai pris ici le parti de présenter une vision d’ensemble simplifiée pour vous permettre d’approfondir ce qui d’aventure vous parlerait. J’ai pu moi-même découvrir et expérimenter certaines choses en la matière ces dernières années. Cela reste un sujet passionnant à aborder autour d’un café ou un bon verre de vin rouge (réel ou virtuel), combinant Science et Spiritualité. Et ceux qui me connaissent savent qu’une des choses qui me fait vibrer, c’est bien d’établir des connexions entre des choses a priori non connectables. 🙂

Mais quelle est la différence entre ondes et vibrations ?

Le terme « vibration » désigne le mouvement d’un système qui oscille, c’est-à-dire qui reste voisin de son état de repos ou d’équilibre.

Le terme « onde » renvoie quant à lui à une grandeur qui varie et se propage, dans le temps et dans l’espace (son, lumière, etc.).

Les deux notions sont donc proches mais différentes. Je vous renvoie vers une vidéo qui illustre de manière explicite quelques exemples d’ondes et vibrations. J’ai été impressionné par l’expérience d’Ernst Chladni où l’archet en mouvement crée des ondes qui vont ensuite induire des vibrations entraînant la répartition des grains de sable selon des formes bien précises (en variant les ondes de départ, on varie les vibrations et ensuite les motifs).

Energies et fréquences vibratoires

Toute matière vivante ou inerte est constituée d’atomes dont les électrons tournent autour du noyau, ce qui crée un mouvement. Chaque être vivant, chaque lieu et même chaque chose émet ainsi une vibration (ou énergie vibratoire) caractérisée par une fréquence (exprimée en Hertz). Il y a donc autant de vibrations qu’il y a de fréquences. La plupart des êtres vivants ressentent les vibrations de leur environnement. Ainsi, nous percevons, par le biais de notre oreille, les vibrations de l’air provoquées par les ondes sonores. Il existe également de nombreuses ondes que nous ne percevons pas consciemment mais qui sont pourtant bien présentes et qui peuvent avoir des effets sur nous. Nous pouvons ainsi être soit attirés soit repoussés par des personnes, des lieux et/ou des objets. Souvent il est difficile de poser des mots sur ce que nous ressentons, car cela se passe à un autre niveau que les mots, bien au-delà de notre mental et de sa capacité à rationaliser les choses.

Emotions et vibrations

Nous émettons et recevons donc des vibrations de différentes fréquences. Par exemple, une personne déprimée émet à une fréquence basse alors qu’une personne épanouie vibre à une fréquence haute. Il en est de même en fonction de votre condition physique (la version de vous en surpoids vibrera moins que haut que la version de vous à votre poids de forme). Et ces vibrations peuvent être communicatives, notamment via les émotions qui se répartissent sur une échelle de fréquences. Du plus bas vers le plus haut, nous pourrions par exemple ainsi avoir la peur, la tristesse, la jalousie, la haine, la vengeance, la colère, le doute, le pessimisme, l’espoir, la bienveillance, la gratitude, la sérénité, la confiance en la vie, la foi, le bonheur, la joie, l’amour et le pardon.

A chaque personne correspond ainsi un spectre de vibrations (nos vibrations varient en fonction de notre état), qui est aussi influencé par notre famille d’âmes.

Comment élever notre vibration

Augmenter notre vibration nous permet de nous sentir bien/mieux, d’augmenter notre potentiel et d’attirer à nous de plus belles choses (puisqu’elles ont aussi une vibration plus élevée). A l’inverse, en vibrant bas en étant par exemple dans la peur, la tristesse ou la colère, nous n’attireront que des choses vibrant à des fréquences similaires. C’est ce qui expliquerait que nous sommes ainsi plus ou moins résistants aux microbes qui ont généralement une énergie basse (le COVID-19 serait exceptionnellement haut, traduisant sa haute contagion).

Outre les principes d’une vie saine à appliquer dans nos 5 dimensions (physique, mentale, spirituelle, émotionnelle et sociale), il existe de nombreuses façons d’élever nos vibrations comme par exemple:

  • Fréquenter des personnes ou des lieux hauts en énergie,
  • Ecouter de la musique (notamment à une fréquence de 432 Hz comme dans cette vidéo),
  • Se reconnecter à la Nature (se balader, marcher pieds nus dans l’herbe ou sur la plage, plonger dans la mer ou l’océan),
  • Cultiver les pensées, les paroles et les écrits positifs, et les aligner à nos actions (voir l’article « Le pouvoir des mots »),
  • Pratiquer une activité qui nous fait vibrer (propre à chacun, allant de danser à peindre, etc.),
  • Méditer et être dans le présent, etc.

Le top étant de cumuler, par exemple en pratiquant une méditation sur la gratitude en pleine Nature. C’est ce que je m’efforce de faire et proposer grâce au Biohacking.

Et la 5G là-dedans ?

Nous ne pouvons ni la voir ni la goûter ni la sentir mais nous sommes entourés par la pollution électronique. Elle provient des nombreuses commodités de la vie que nous apprécions : téléphones portables, routeur Wi-Fi, ordinateur, compteur intelligent, appareils électroménagers. Même le câblage à l’intérieur de nos murs nous inonde de fréquences électromagnétiques (FEMs) invisibles qui causent (ou peuvent causer) des dommages biologiques à notre corps et à notre esprit. 

La 5G est comme son nom l’indique la cinquième génération de la téléphonie mobile. Elle a été développée pour permettre notamment une meilleure connectivité des objets en étant 100X plus rapide que la 4G. Elle ne vient pas remplacer les 2, 3 et 4G, mais arrive en plus. Ce nouveau réseau sans fil ne fera ainsi qu’augmenter notre exposition aux rayonnements de radiofréquence. Les fréquences utilisées par la 5G vont en effet venir s’ajouter à celles déjà déployées par les autres générations.

Des informations contradictoires circulent quant aux dangers potentiels de ces technologies. Ainsi, de nombreux scientifiques, médecins, organisations environnementales et citoyens s’alarment un peu partout dans le monde du déploiement de cette technologie. Son impact sur la santé n’aurait pas été (suffisamment) évalué a priori (cfr le moratoire lancé par plus de 170 scientifiques et médecins en 2017).

L’un des arguments mis en avant par les lanceurs d’alerte est que la 5G n’est efficace que sur de courtes distances et qu’elle se transmet mal à travers des matériaux solides. Concrètement, cela nécessiterait pas moins de 20000 nouveaux satellites et les entreprises de télécommunications devraient installer des stations de base tous les 100 m dans toutes les zones urbaines du monde entier, soit 10 millions de nouvelles antennes. Cela signifie qu’une nouvelle antenne serait posée toutes les dix à douze maisons. Nous serions ainsi tous exposés. Le déploiement des nouveaux transmetteurs pour la 5G (que l’on trouvera non seulement dans les foyers, mais aussi dans les boutiques et les hôpitaux) devrait générer selon les estimations entre 10 et 20 milliards de connexions (réfrigérateurs, machines à laver, caméras de surveillance, voitures et bus sans conducteur) puisqu’il constituera l’Internet des objets.

Les risques pour la santé humaine

Dès 2015, plus de 230 scientifiques de plus de 40 pays ont exprimé leur «préoccupation sérieuse» concernant l’accroissement permanent et universel de l’exposition aux champs électromagnétiques par les technologies du sans-fil avant l’ajout du déploiement de la 5G (voir ici pour la mise à jour de leur document en 2019). 

Le Dr Joseph Mercola aborde le sujet dans un podcast avec Ben Greenfield et beaucoup plus en détail dans son livre (que je n’ai pas encore lu) EMF*D: 5G, Wi-Fi & Cell Phones: Hidden Harms and How to Protect Yourself. 

Pour le Dr Mercola, qui a compilé 30 000 études avec plus de 6 300 résumés, les téléphones portables sont les cigarettes du 21ième siècle. Il établit en effet un parallélisme avec la façon dont l’industrie du tabac a adopté une politique de silence et de déni en manipulant les données scientifiques et l’information pendant des décennies. L’OMS a classé les téléphones portables comme cancérigènes de classe 2B (la même catégorie que le pesticide DDT, le plomb, les gaz d’échappement des moteurs à essence, la combustion du charbon et les produits chimiques de nettoyage à sec) mais une étude de 2018 démontre qu’ils causent des tumeurs chez les rats et ont donc le niveau de classe 1.

Les FEMs affectent en effet tous les êtres vivants – même les animaux domestiques, les plantes, les insectes et les microbes – en agissant sur le calcium. Le calcium est un minéral essentiel pour la santé. Environ 98 % du calcium de notre corps est utilisé pour soutenir la structure et le fonctionnement de notre squelette, et garder nos os et nos dents solides. Mais le calcium joue d’autres rôles tout aussi importants, notamment dans la signalisation cellulaire, la contraction musculaire, la croissance cellulaire, la fonction nerveuse, la coagulation sanguine, l’apprentissage et la mémoire. Les FEMs endommagent ainsi les cellules en augmentant les niveaux de calcium à l’intérieur de celles-ci. Ceci entraîne alors une augmentation du stress oxydatif cellulaire, et de là, des dommages aux cellules, aux mitochondries (les centrales énergétiques de la cellule) et à l’ADN (notre patrimoine génétique). Bref, c’est pas bon du tout. Il est aussi établi par ailleurs que le dysfonctionnement des mitochondries est l’une des principales causes du vieillissement et du développement de maladies chroniques.

Le développement de maladies spécifiques dues à l’exposition électromagnétique commence par de subtils changements qui peuvent ensuite déclencher de la cataracte, des maladies inflammatoires de l’intestin, des maladies neurodégénératives, des cancers, des maladies neuropsychiatriques et de l’infertilité.

Des risques accrus pour les enfants

Selon le Dr Mercola, aussi dangereux que les FEMs puissent être pour les adultes, les animaux, les plantes, les insectes et les microbes, ils constituent un risque exceptionnel pour les enfants, et ce pour plusieurs raisons :

  • les enfants de moins de 12 ans ont une teneur en eau corporelle plus élevée que les adultes, ce qui leur permet d’absorber beaucoup plus de radiations,
  • la moelle osseuse d’un enfant absorbe 10 fois plus de radiations sans fil que celle d’un adulte,
  • comme le crâne d’un enfant est plus mince, une plus grande quantité de radiations venant des téléphones portables peut pénétrer profondément dans le cerveau,
  • le cerveau des enfants encore en développement (jusqu’à l’adolescence) est plus sensible à l’absorption des radiations,
  • le système nerveux d’un enfant en développement est potentiellement plus sensible à un agent nocif,
  • les enfants seront exposés aux FEMs pendant une période beaucoup plus longue que les adultes.

De nombreux futurs parents ne réalisent pas que l’exposition aux radiations des téléphones portables commence in utero. Mais il n’y a pas que les radiations des téléphones portables…

Les chercheurs ont constaté que les femmes enceintes exposées à un champ magnétique plus élevé de toutes sources (mesuré par les compteurs qu’elles ont portés pendant 24 heures) avaient un risque 2,72 fois plus élevé de faire une fausse couche. En outre, leurs bébés étaient plus susceptibles de souffrir d’asthme, de problèmes de thyroïde et de devenir obèses au cours de leurs 13 premières années de vie. Des études suggèrent également que l’augmentation des taux de troubles déficitaires de l’attention chez les enfants, ainsi que d’autisme, pourrait être due, au moins en partie, à une exposition accrue aux FEMs. Les enfants des mères les plus exposées aux champs magnétiques pendant leur grossesse avaient 2,9 fois plus de risques de développer un trouble du développement neurologique. 

Comment savoir si les FEMs ont un impact sur votre santé ?

L’un des signes les plus évidents que les FEMs peuvent affecter votre bien-être est le fait de ne pas dormir aussi bien qu’avant. Des chercheurs ont en effet démontré que les FEM de fréquences extrêmement basses – comme ceux émis par les centrales électriques et les câblages électriques – et les fréquences radio des téléphones portables nuisent au sommeil. On peut aussi remarquer un bourdonnement dans les oreilles, ou un acouphène. Parmi les autres signes courants de sensibilité à l’exposition aux FEMs, citons également anxiété et dépression, maux de tête, fatigue, problèmes de vision et d’audition, dysfonctionnement cognitif (y compris le manque de concentration et d’attention), étourdissements/vertiges, changements de mémoire, tension et agitation, irritabilité. Il est évidemment certain que bon nombre de ces symptômes peuvent aussi être associés à d’autres maladies.

Comment se protéger ?

La bonne nouvelle est que notre corps dispose d’un système de réparation intégré qui peut nous aider à réparer les dommages causés par les FEMs. Il s’agit de la famille des enzymes poly (ADP-ribose) polymérase (PARP) connues pour leur capacité à détecter et à réparer les dommages causés à l’ADN dans vos cellules. La PARP a besoin de carburant pour fonctionner, et ce carburant est l’une des coenzymes les plus importantes de notre corps : la nicotinamide adénine dinucléotide ou NAD+. La PARP peut ainsi utiliser jusqu’à 100 à 150 molécules de NAD+ pour chaque réparation de l’ADN qu’elle effectue. Pour donner à votre corps ses meilleures chances pour lutter contre les maladies chroniques, le cancer et le vieillissement prématuré, vous devez (i) maintenir vos niveaux de NAD+ à un niveau élevé pour alimenter la PARP pour la réparation de l’ADN dans vos cellules et (ii) améliorer la capacité de votre corps à utiliser ses antioxydants pour combattre l’inflammation.

Alors que la fibre optique serait en fait la meilleure alternative, il est peu probable que nous nous y limitions. Le plus approprié reste alors de limiter son temps d’exposition, d’éviter la proximité de son portable et de le mettre en mode avion dès que vous ne vous en servez pas. Ceci est particulièrement important la nuit (période de régénération et durée d’exposition plus longue). Il est aussi conseillé de couper son wifi la nuit (on ne s’en sert quand même pas). 

Selon votre lieu de résidence, la 5G peut avoir été déployée ou non. Pour savoir si la 5G est réellement active (certains opérateurs américains l’annonceraient alors que ce n’est pas le cas), allez sur fast.com via le navigateur de votre téléphone. S’il indique moins de 500 mégas par seconde, ce n’est pas de la 5G.

Enfin, une autre perspective serait que ce nouveau types d’ondes puissent aussi servir de véhicule de sport à nos pensées et nos intentions, et ainsi développer nos capacités télépathiques.

L’avenir nous le dira… ou pas. 🙂

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Références

  1. Science – Vibration
  2. Le déploiement de la 5G, quels risquent pour la santé ?
  3. Les vibrations : définition, pourquoi et comment les augmenter
  4. Scientifiques et médecins alertent sur les effets de la 5G
  5. Scientists call for protection from Non-ionizing Electromagnetic Field exposure
  6. The Shocking Truth About You Getting “EMF’D”: 5G, Wi-Fi & Cell Phones – Hidden Harms & How To Protect Yourself (Podcast de Ben Greenfield et le Dr Joseph Mercola)

Tout dans la vie n’est qu’énergies et vibrations.

Albert Einstein
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •